Traitement de l’acné inflammatoire par photothérapie dynamique ALAFAST

Dispositif médical

Avant la première séance

Proposition de traitement par PDT/ALAfast® au patient. Remise des documents « Information patient traitement » et « Consentement » ou « Consentement pour mineur ».Il est recommandé de préparer la peau par exfoliation douce à domicile durant 7 à 15 jours. Ceci peut être réalisé en utilisant tous les jours une crème à base d’Alpha-Hydroxy Acide.

Exemple : Soin global Hyfac® + Mousse nettoyante exfoliante Hyfac®, ou Crème Lissante 10 AHA Neostrata®.

Le jour de la séance

Application du gel ALAfast® : Il est appliqué sur le visage en massant doucement jusqu’à complète pénétration. Éviter le contour des yeux, les narines et les lèvres.

Temps de pose : Le temps de pose pour assurer une bonne pénétration de l’ALA est de 1h30 à 2h00. En pratique, si la préparation a été bien faite pendant la semaine précédant la séance, un temps de pose de 1h30 est suffisant.

La pénombre est nécessaire pendant ce temps de pose. Cela concerne surtout la lumière du jour reçue par la fenêtre de la salle d’attente. Une salle d’attente dans laquelle on a fermé les rideaux, et qui est éclairée artificiellement (ampoule, néon) peut convenir, si l’on prend soin de ne pas mettre le patient directement sous un éclairage. S’il n’y a pas de rideau, il faut éloigner le plus possible le patient de la fenêtre.

Illumination :

– Après le temps de pose, le visage du patient est exposé à une lampe délivrant de la lumière rouge 630nm.

– Les yeux du patient sont fermés et protégés par des lunettes protectrices.

– Paramètres de l’illumination :

Cas 1 : Lampes dont la fluence est programmable (exemple : lampe de DELEO®). Si on se réfère à l’étude italienne [Serini SM & al J Cosmet Dermatol. 2019;18 :156-162], une fluence de 25 joules/cm2 pendant 15 mn à 8 cm du visage est suffisante pour assurer une efficacité en minimisant la douleur au moment de l’illumination.

Cas 2 : Lampe de Galderma® (à l’exception des dernières générations dont la fluence est programmable). La fluence est fixe : 37 joules/cm2 pour environ 7mn d’illumination. Cette lampe ne comporte pas de volet. Pour que l’illumination se fasse sur l’ensemble du visage il faut éloigner la lampe à 20 cm du visage. La séance devra alors durer environ 14 mn (l’énergie reçue diminue avec la distance), ce qui correspond à deux appuis successifs sur le bouton d’allumage. Une variante est aussi possible : Placer d’abord la lampe latéralement pour qu’elle illumine un seul côté du visage à 12 cm pendant 7mn et changer la lampe de côté pour une nouvelle illumination à la même distance et de même durée.

Douleur : Le traitement est le plus souvent peu douloureux avec ALAfast®. Les patients peuvent rapporter une sensation de chaleur, de picotements ou de brûlure d’intensité variable. Si le patient se plaint d’une douleur excessive au cours de la séance, celle-ci devra être interrompue.

À la fin de la séance

Un érythème est visible. Nettoyer le visage. Donner au patient les conseils d’éviction solaire pendant 48 heures après la séance. Remettre le document de suivi « Informations pour les suites du traitement par thérapie photodynamique ».

Les jours suivant la séance

Les suites sont la plupart du temps sans problème. Cependant, dans certains cas, un érythème important, avec sensation de brûlure, peut persister ou apparaître dans la zone traitée. Ceci peut durer plusieurs jours après le traitement. Si la sensation de brûlure est gênante, on peut utiliser un analgésique, type paracétamol (en respectant la posologie). Une desquamation peut survenir. Il faut éviter les dermocorticoïdes. Beaucoup plus rarement, surtout pour des acnés inflammatoires sévères, il peut se produire une réaction importante, à type de poussée d’acné pustuleuse avec œdème, érosions, croûtes et desquamation. Les patients doivent être prévenus de ces effets indésirables possibles.

Le protocole recommandé

3 séances : 15 jours entre les deux premières séances, 3 à 4 semaines entre les séances 2 et 3. L’amélioration est possible dès la première séance.

 

Traitement de l’acné inflammatoire

Traitement de l’acné par photothérapie

Si l’acné touche environ 80 % des adolescents, de nombreux jeunes adultes en souffrent également. Les antibiotiques et médicaments type Roaccutane ont fait leurs preuves dans la prise en charge. Toutefois, ils présentent également certaines limites. Le traitement de l’acné par photothérapie semble une alternative efficace aux traitements classiques.

Qu’est-ce que l’acné ?

L’acné est une affection des follicules pilo-sébacés qui, lorsqu’ils se retrouvent obstrués par du sébum ou des cellules mortes, réagissent par inflammation ou en s’infectant.

On distingue deux types d’acnés :

  1. L’acné non-inflammatoire avec comédons fermés qui se forment sous la peau ou avec comédons ouverts qui donnent naissance aux points noirs.
  2. Et l’acné inflammatoire qui se manifeste sous forme de pustules et de kystes. Dans ce cas, l’inflammation est associée à la bactérie Propionibacterium acnes.

Les causes de l’acné sont nombreuses et parfois difficiles à détecter : variations hormonales, régime alimentaire, style de vie, stress… La prise de certains médicaments pourrait également favoriser cette pathologie.

Les traitements classiques de l’acné

Pour prendre en charge les cas d’acné les plus sévères, il existe différents traitements, que l’on administre soit par voie cutané (les rétinoïdes), soit par voie orale (les antibiotiques).

Mais ces traitements peuvent présenter des effets secondaires On a par exemple des risques de tératogénicité avec certains médicaments qui sont donc exclus pour les femmes enceintes, des incompatibilités avec la prise de pilule…

 Pour les antibiotiques, il y a certains cas de résistance« . C’est pour palier ces effets secondaires que certains médecins se sont penchés sur l’intérêt de la lumière dans le traitement de l’acné.

Le traitement de l’acné par photothérapie classique LED

C’est dans les années 2000 que le Dr Chu, un professeur britannique, étudie les effets de la lumière et plus particulièrement les lumières bleues et rouges comme traitement de l’acné. Depuis, plusieurs études ont validé ses premières recherches.

Pour traiter l’acné par la lumière, « on peut avoir recours aux lasers (à la lumière pulsée IPL et les lasers à colorant pulsé) et à la photothérapie (diodes ou LED)« .

  • Le laser est utilisé pour réduire les lésions inflammatoires de l’acné quand on ne peut ou ne veut utiliser les antibiotiques.  Avec lalumière pulsée , la séance est un peu douloureuse, Et comme ce type de traitement s’étale sur plusieurs semaines, on a besoin de l’adhésion du patient.
  • La photothérapie par LED est donc une alternative au laser, non douloureuse.
  • Pour le traitement de l’acné faible à modérément sévère, la photothérapie par LED associe la lumière bleue (dont les bénéfices dans le traitement de l’acné ont été mis en évidence en 2004 dans les publications du professeur Tzung*) et la lumière rouge. La lumière bleue agit comme un antibactérien en s’attaquant à la bactérie P.Acnes, impliquée dans l’acné. Cette lumière bleue Avec sa longueur d’onde de 405 à 420 nanomètres va, sans causer de dégâts cutanés, agir sur la bactérie P.Acnes qui colonise la glande sébacée« . On l’associe à la lumière rouge qui pénètre un peu plus profondément dans le derme pour assurer une meilleure cicatrisation et avoir une action anti-inflammatoire.

Le Traitement de l’acné inflammatoire par photothérapie dynamique ALAFAST

Principe : Acide Amino Levulinique (ALA) à 5% sous forme de gel : Thermogel

Le médecin l’applique au doigt ganté, sur le visage préalablement nettoyé. Au contact de la peau, le produit s’épaissit, ce qui permet de le masser facilement pour le faire pénétrer dans les conduits pilo-sébacés. Une fois cette première phase, terminée, la patiente gagne une salle obscure, où elle est invitée à patienter pendant 1 h 30, le temps que le gel s’incorpore dans les cellules inflammatoires (celles qui donnent les gros boutons rouges) des glandes sébacées. Là, ce dernier est transformé par réaction enzymatique en un produit photosensibilisant (la protoporphyrine IX). Le visage est alors exposé à une lampe LED rouge 630 nm, placée à une distance de 8 cm, pendant 11 à 15 minutes. C’est en absorbant la lumière que le photosensibilisant va alors détruire les cellules inflammatoires à l’intérieur des glandes sébacées. La bactérie responsable de l’acné, le cutibacterium acnes, est affaiblie un peu aussi au passage. Ça chauffe à l’application, mais rien de douloureux néanmoins.

Quelles sont les suites du traitement Alafast ?

Après la séance, le visage est rouge (comme après un coup de soleil) et une légère sensation de chaleur se poursuit pendant 2 à 3 jours. Donc, globalement les suites sont très confortables. En contre-partie, il est interdit de s’exposer au soleil pendant 48 heures. Pourquoi ? Parce que cette dernière risque d’activer les porphyrines IX qui restent dans la peau et peuvent provoquer des rougeurs plus ou moins importantes. Il n’y a pas d’éviction sociale.

Une deuxième séance est pratiquée quinze jours plus tard puis une troisième à une distance de trois ou quatre semaines, à l’issue de quoi la peau est franchement améliorée et les boutons ont pratiquement tous disparu.

L’effet est durable pendant plusieurs mois.

Une séance d’entretien par an est cependant préconisée pour les acnés persistantes.

Faut-il préparer la peau ?

Une préparation de la peau avec une crème exfoliante pendant 10 jours est nécessaire. Préparation de la peau avec HYDRAFACIAL

Le procédé hydrafacial est un atout majeur pour augmenter la réussite du traitement et potentialiser celui-ci.

Il comporte en une séance de 30 mn indolore , exfoliation épidermique et microdermabrasion, application d’un peeling chilmique, extraction du sébum et des points noirs, hydratation de la peau .

Coût : 150 euros la séance

A quel type d’acné s’adresse la phytothérapie dynamique ?

Aux acnés inflammatoires, modérées à sévères. Il n’a pas une grande action sur les microkystes (petites boules dures sous la peau) et les comédons (points noirs). Il faut donc procéder à leur extraction mécanique à l’aiguille.

Y a-t-il des contre-indications ?

Les femmes enceintes par principe de précaution.

Les effets secondaires ?

Sur certaines acnés très sévères, le traitement peut parfois occasionner une poussée inflammatoire.

Quel est le prix d’Alafast ?

Environ 180 € la séance , et 500 € les 3 séances.

Vous voulez en savoir plus ?

* champs obligatoires
Clinique Esthétique Ferrère
Docteur Armand Azencot
16 TER Rue Ferrère, 33000 BORDEAUX
Comment venir PRENDRE RENDEZ-VOUS EN LIGNE